Besoins : prendre soin de ses besoins

Prendre soin de ses besoins

Savons nous prendre soin de nos besoins ?

Qu’ils soient d’ordre physiques, psychologiques, émotionnels, relationnels, spirituels, nous avons tous des besoins.

Mais, pour la plupart d’entre nous, non seulement nous en ignorons l’existence mais nous ne savons pas les définir et les nourrir. En somme, nous ne savons pas forcément bien en prendre soin.

Besoins : qu’est-ce qu’un besoin ?

Avant d’en préciser une « définition », j’aimerai rappeler que nos besoins sont liés à nos émotions, nos sensations et nos perceptions. Pour mieux les définir, il est nécessaire de se connecter à ses émotions, de pouvoir les ressentir, les identifier et les nommer. A chaque émotion, correspond un besoin. Par exemple, si vous ressentez de la peur cela signifie que vous avez potentiellement besoin de sécurité. Si vous avez une sensation de fatigue, votre besoin est certainement celui de vous reposer. Il en va ainsi pour le reste de nos besoins.

Emotion

Nous voyons donc qu’un besoin est quelque chose de nécessaire, de vital pour que nous puissions bien vivre. Tous les besoins sont importants pour la survie, mais certains sont vitaux et si on ne les comble pas, la mort peut advenir rapidement. Sans parler de mort, certains sont davantage prioritaires et vitaux à chacun d’entre nous, il s’agit de les identifier et de les nourrir au risque d’accentuer notre sentiment de mal-être Si nous ne nous préoccupons pas de nos besoins, nous ne pouvons être complet, serein et donc ressentir un état de bien-être.

Besoin, envie et désir

Notons qu’il est important de ne pas confondre un besoin d’une envie ou d’un désir qui ne sont pas indispensables en soi. Pour savoir comment distinguer un besoin d’un désir, il suffit de se poser une question : en avons-nous réellement besoin ?

Est-ce facile de répondre à ses besoins ?

A première vue, la démarche semble assez simple : identifier ses émotions et nourrir ses besoins. Sauf que le problème réside qu’à cause de notre éducation, de notre histoire, de nos blessures ou « d’une pédagogie noire » que nous transmettent certains codes de société, il est parfois difficile d’identifier ce qu’il nous faut et encore moins d’écouter les signes d’alerte qui nous sont envoyés. De ce fait, nous pouvons répondre à côté et croire que nous satisfaisons un besoin alors qu’en réalité il n’en est rien. Par ailleurs, il réside une forme d’inégalité face à nos besoins. Non seulement nous ne les comblons pas tous de la même façon mais ils évoluent en permanence et changent constamment, en fonction de l’environnement dans lequel on se trouve, l’âge ou notre degré de maturité.

Apprendre à écouter ses besoins

Nous devons donc apprendre à écouter nos besoins, les respecter et les nourrir. Chacun doit apprendre à reconnaître ses propres besoins au risque de répondre à ceux des autres. Il s’agit également d’apprendre à dire non, à poser des limites, à se respecter inconditionnellement. Parfois, il est nécessaire de passer par une phase « égocentrique », au tout du moins par un « égoïsme altruiste ». C’est parfois difficile pour certains qui se laissent prendre au jeu des messages contraignants que leur impose leur éducation. De plus, la plupart d’entre nous ignorons que nous avons des besoins car ce n’est pas du tout enseigné à l’école, alors que toute formation relative à la connaissance de l’humain serait indispensable et bénéfique pour tout le monde. Mais souhaite-t-on réellement des enfants et des adultes autonomes ?

Répondre à ses besoins en conscience

Satisfaire nos besoins demande un certain niveau de conscience afin de pouvoir opérer des choix propices à son bien-être à court, moyen et long terme. S’occuper de ses besoins revient à réfléchir à un mode de vie impliquant des priorités, nos priorités. Cela nécessite des actions à mener, des choses à éliminer, à désencombrer car on ne peut pas mettre du neuf sur du vieux. Cela demande une réelle détermination car nous pouvons vite être rattrapés par nos habitudes, nos conditionnements. Mais être autonome, c’est être responsable de ses besoins. Comme le disait Saint Exupéry « Être Homme c’est être Responsable », donc responsable de ses propres besoins.

Différents types de besoins

Il existe différents types de besoins. Il y a ceux relatifs au corps, à notre vie émotionnelle, relationnelle, affective, cognitive et au sens de notre vie. Si ces différents types de besoins sont plus ou moins prioritaires selon les individus, ils n’en sont pas moins indispensables pour une vie équilibrée, remplie de vitalité et qui a du sens.

Ne penser qu’aux besoins de base, qui nous maintiennent en vie nous limite à la survie voire à la sous-vie. Ceci est très important car c’est lorsqu’un type de besoin manque que les autres équilibrent notre vie pour nous permettre de compenser et de « tenir » en attendant que ce dont nous avons besoin puisse être comblé.

Différentes approches

De nombreux modèles se sont intéressés aux besoins humains.

La plus célèbre est la pyramide de Maslow de 1954. Il est à noter que Maslow n’a jamais parlé de pyramide dans son approche, encore un détournement de notre système pyramidal ?

Maslow

Maslow a été une référence pendant très longtemps, mais il a été remis en cause depuis, notamment parce qu’il a affirmé « qu’un besoin de base devait être comblé avant de passer à l’étage du dessus », or, c’est loin d’être systématique. La véritable autonomie consiste en réalité, non pas seulement à assumer ses besoins de nourriture et d’avoir un toit, mais aussi et tout autant voire plus selon certains, à répondre de manière appropriée à nos besoins psychologiques ou spirituels par exemple selon les événements de notre vie, les années et nos avancées dans la vie.

Une autre grille de lecture est celle de Marge Reddington, une thérapeute Américaine qui a élaboré une liste de besoins plus complets. Son modèle est plus souple, plus réaliste et plus actuel également. Elle a établi sa grille des besoins de l’être humain en 1979. Elle distingue les besoins physiques, émotionnels, intellectuels et spirituels.

Marshall B. Rosenberg, le père de la CNV, la Communication Non Violente, a lui aussi établit une grille des besoins. Eric Berne, le créateur de l’analyse transactionnelle également.

Afin d’être le plus exhaustif possible, j’ai décidé de faire ma propre grille des besoins, elle comporte ainsi, les besoins physiques (relatifs à notre corps mais également à notre énergie vitale), les besoins psychologiques, affectifs, relationnels (structurent également notre façon d’être) et les besoins spirituels (besoins de croissance individuelle, notre goût pour le beau, le bon, la vérité, les besoins qui nourrissent notre âme).

Quand je fais passer le bilan bien-être, j’évalue d’une façon précise l’ensemble de ces besoins. La personne accompagnée peut de cette façon identifier quels sont ses besoins en équilibre, en manque ou en excès. Reste ensuite à déterminer un plan d’actions pour poser les actes nécessaires à l’équilibre des besoins de la personne.

Les signes de manque et de déséquilibre

Il existe plusieurs signaux de manque face à nos besoins. Ils sont soient précoces, soient tardifs soient pathologiques ou symptomatiques.

Si on ne s’occupe pas d’un besoin vital pour nous, au bout d’un moment, un signal apparaîtra. Nous manquons alors d’un devoir d’empathie envers nous-même en ignorant ces signaux qui pourtant nous disent quelque chose d’important.

Si le signal se répète, s’intensifie et nous indique très clairement quelque chose à faire, c’est urgent ! Les signes tardifs peuvent annoncer une maladie. Ils viennent en général après un certain temps où le corps a manifesté des signaux d’alerte et sans que personne n’ait pu agir au préalable, soit par ignorance, soit par banalisation, soit car la personne n’a rien voulu entendre, sentir. Cela peut mener à une maladie grave, un burn out, un déni profond de soi-même.

Prendre soin de ses besoins

Tous nos besoins ont besoin d’être comblés à un moment ou à un autre de notre vie. Ils ont pour corollaire le pouvoir de les combler, que nous avons tous au départ et que nous pouvons développer en nous, d’une manière autonome et consciente.

Il convient donc d’apprendre à aimer et d’apprendre à s’aimer.

Alors prenez soin de vous, prenez soin de vos besoins, c’est essentiel à votre vie !