Précoces : Enfants et adultes surdoués, zébrés, hyperactifs

Précoces : Enfants et adultes surdoués, zébrés, hyperactifs

« Précoces », « Surdoués », « en avance », « tdah », « hyperactifs », « zèbres », « haut potentiel », les termes ne manquent pas pour désigner les enfants dont le rythme de développement intellectuel est très supérieur à celui de leurs camarades du même âge.

Aucune de ces « étiquettes », de ces termes, ne rend vraiment compte de leurs « aptitudes » particulières et surtout, de leurs difficultés. Et je connais bien ce type de rayures.

La difficulté à définir les enfants intellectuellement précoces repose en partie sur le fait que l’on a peu étudié cette population, longtemps considérée comme marginale. C’est pourtant loin d’être le cas, puisqu’on estime que plus de 5 % des enfants, en France, seraient des surdoués, ils représenteraient 2,3 % de la population dans le monde.

Précoces et surdoués

Comment reconnaître les personnes précoces ?

Certains enfants naissent avec une intelligence hors du commun, en avance par rapport à leurs petits camarades.

Selon certains experts, il est important de dépister très tôt cette précocité, pour en faire un atout et non un handicap. De l’aide des parents et de l’accompagnement adapté dépendraient l’avenir de ces enfants.

Mais tout n’est pas une question de quotient intellectuel mais aussi et surtout de quotient émotionnel.

Les problèmes des enfants et adultes précoces

Si l’on peut penser que l’intelligence est atout, la différence est souvent difficile à vivre. Les personnes précoces sont aussi exposées à des risques spécifiques. Ces risques sont, pour moi, leur faculté d’hyperémotivité, mais aussi d’hypersensibilité, d’hyper conscientisation, d’hyperesthésie… et cette hyper différence fait justement la différence et peut, amener à d’hyper difficulté, à vivre leur différence, et surtout, leurs émotions.

Un test pour mieux évaluer la situation

Tous ces traits de personnalité ne sont que des indices, rappellent certains thérapeutes.  Seuls les tests psychométriques classiques (tests de QI) effectués par des psychologues permettent d’attester la précocité intellectuelle de l’enfant.

Donc si vous pensez que votre enfant est précoce, un test peut vous aider à mieux évaluer la situation. Vous pourrez alors prendre les meilleures décisions pour votre enfant, en toute connaissance de cause.

Accompagner des enfants précoces

Tous les enfants ont besoin de l’attention et du soutien de leurs parents, et les personnes précoces encore plus que les autres. Car la précocité demande une attention accrue.

Parfois, un accompagnement est également une aide précieuse, pour aider l’enfant à exprimer son potentiel et réussir tant au niveau personnel que professionnel.

Un décalage avec les autres

Être précoce, c’est aussi et surtout être en décalage avec les autres, avoir une hypersensibilité émotionnelle.  Une situation qui peut engendrer un réel mal-être. Pour offrir de nouvelles perspectives aux enfants précoces, une des spécialistes, Jeanne Siaud-Facchin, psychologue clinicienne, aide ces “enfants Zèbres” à se réconcilier avec leur différence.

Qu’est-ce qu’un enfant Zèbre ?

Ces enfants ont en commun avec les zèbres la capacité à se fondre dans l’environnement grâce à leurs rayures, qui symbolisent à la fois les coups de griffes reçus dans leur vie et leur empreinte unique. Par ailleurs, c’est le seul équidé que l’homme n’a pas réussi à dompter, un côté sauvage qui caractérise aussi ces enfants.

Zèbres

Enfant zèbre : des signes distinctifs des enfants précoces

Un enfant zèbre se reconnaît à des signes distinctifs. “Il présente une intrication singulière entre sa façon de penser et son comportement émotionnel”.

C’est à la fois son développement intellectuel  et sa dynamique affective qui soulignent sa différence. En effet, cet enfant dispose d’une intelligence qualitativement différente, leur indice de QI est égal ou supérieur à 130 et d’une hypersensibilité émotionnelle. Leur structure cognitive est différente, tout comme leur sensibilité.

Être Zèbre, c’est une façon spéciale et intense d’être au monde, qui peut aussi être douloureuse puisqu’ils sont perçus comme différents.

Les difficultés scolaires des enfants précoces

Leur intelligence particulière peut entraîner des difficultés scolaires. En effet, les Zèbres absorbent littéralement les connaissances sans produire d’efforts d’apprentissage. Ils saisissent vite, anticipent, mais ce qui va leur donner l’avantage, peut se solder par un décrochage dès la quatrième, où le savoir-faire prédomine sur le seul savoir. Le décalage se met alors en place plus ou moins insidieusement avec des crises d’angoisse à la clé.

A la menace de l’échec scolaire, s’ajoute la crispation des enseignants, exaspérés du manque de résultats de ces enfants, par ailleurs plus intelligents que la moyenne.

La grande solitude des enfants zèbres

Leurs préoccupations sont différentes des enfants de leur âge. “Ils se posent des questions existentielles, ont de nombreux centres d’intérêt, et sont animés par des valeurs très fortes, et non négociables” développe Jeanne Siaud-Facchin. C’est difficile pour eux de s’ajuster, ils ne se sentent pas sur la même longueur d’ondes et sont perçus comme étranges.

Plus tard, ils peuvent avoir des difficultés à nouer des liens amoureux. En famille aussi, c’est difficile. La psychologue a pu observer que “les parents peuvent être désemparés, et ne pas vraiment comprendre les enfants, se sentant impuissants à les aider”.

Des pistes pour soulager leur mal-être

Être un enfant Zèbre ne signifie pas forcément se retrouver en grande difficulté. Pour les uns, leur intelligence, comme leur grande sensibilité, sont d’incroyables facteurs de résilience. Ce sont des atouts pour qu’ils se créent la vie qu’ils veulent vraiment.

Pour d’autres, la route est semée d’embûches et de souffrances, avec comme seule alternative l’hôpital. Certains ont pu développer malgré tout des liens d’attachement solides, avec à la clé, une estime de soi suffisante pour faire de leur différence une force. Dans le cas contraire, ils peuvent souffrir d’insécurité et de dépression infantile précoce.

La prévention des enfants précoces

Un test de dépistage procure une nouvelle carte de territoire, pour mieux baliser sa route. Quand les signes convergent (intelligence, hypersensibilité émotionnelle, et affective), faire un bilan peut faire la différence. Mais dans certains cas, le bilan reste insuffisant car il faut aussi trouver des pistes de soutien et de réalisation.

Les parents et l’amour : deux atouts importants

Pour moi, les personnes précoces ont un besoin fondamental d’être reconnues pour ce qu’elles sont, avec leur différence mais aussi et surtout d’être soutenues par leurs parents et d’être aimées. Dans son livre, « Trop intelligent pour être heureux ? », Jeanne Siaud Fachin parle de ce besoin d’amour, plus fort que la moyenne.

Chaque personne précoce est unique

De nombreuses incertitudes demeurent sur la prise en charge des personnes précoces.

Il existe très peu d’études sur l’origine de la précocité. On sait qu’elle est en partie génétique. Cette origine génétique semble logique, la précocité intellectuelle possède des bases neurobiologiques importantes. Ainsi, les personnes précoces ont un traitement de l’information plus rapide, plus intuitif et une meilleure mémoire.

Ce qui est certain, c’est que ces personnes sont plus fragiles psychologiquement : ce sont des hypersensibles. Cela les rend plus anxieuses, voire même plus dépressives que les autres personnes.

En ce qui concerne leur isolement, il ne faut pas oublier que ces personnes ont un décalage intellectuel et émotionnel par rapport à leurs camarades du même âge. Elles peuvent alors être rejetées mais certaines s’intègrent parfaitement. Il faut savoir qu’il n’y a pas de modèle unique de l’enfant précoce, même si cette fragilité particulière est réelle.

Derniers conseils

Pour moi, nous devons être extrêmement attentifs du fait d’un décalage entre leur âge mental et leur affectivité. D’ailleurs on considère souvent les surdoués comme immatures. Or, ils ont simplement les besoins affectifs des enfants de leur âge. Les parents ne doivent pas tomber dans le piège de ne pas donner à l’enfant l’affection dont il a besoin, parce qu’il a l’air plus adulte.

Selon moi, ils doivent essayer de prendre en compte ses particularités et sa fragilité. Et surtout qu’ils ne s’inquiètent pas : le fait d’avoir identifié sa précocité est déjà un premier pas essentiel.

Avec une prise en charge adaptée, un soutien qui peut le comprendre, il n’a aucune raison d’aller mal, bien au contraire !

Précoces et Tdah

Note personnelle

J’accompagne actuellement un jeune de 21 ans, précoce. C’est un véritable plaisir de l’aider à retrouver l’estime de lui et la confiance qu’il est en droit de s’accorder, dans une société trop conformiste, qui met souvent les différences à l’écart et ne prend pas encore assez en compte les spécificités de ces personnes et de chacun en particulier.

Quelques sites référence

Cogito Z

Toulouzebre

Les tribulations d’un petit zèbre

Mensa France