Sens : Comment cheminer vers Soi ?

Sens – Cheminer vers Soi

« Donner un sens à sa vie et se consacrer à l’essentiel »

Un jour, tôt ou tard, certain(e)s se posent des questions : Quel est le sens de la Vie, de ma vie ? Y a-t-il quelque chose après la mort ? Dieu existe-t-il ? Ai-je une « mission de vie » ? Qu’est-ce que la conscience, l’esprit ? Qui suis-je ? Où vais-je ? Que suis-je venu(e) faire sur terre ? Comment ré-enchanter ma vie ?… Qu’est-ce que cheminer vers Soi ?…

Autant de questions qui peuvent survenir naturellement, par intuition, ou bien après une épreuve de vie : une maladie, un burn out, une rupture, un deuil, une expérience « transcendante », un choc, un accident de la vie, une crise, un « mal-être » existentiel, le sentiment de ne pas être ou de ne pas « trouver sa place »…

Si vous vous posez ces questions, cet article est fait pour vous ! Sinon, ne le lisez surtout pas, il ne convient pas à des esprits trop scientifiques et matérialistes. C’est une vision des choses qui oppose souvent les conceptions “matérielles” et “spirituelles”, avec une vision différente de la mort ou plutôt de la vie après la mort.

« Conception scientifique et matérialiste » : Croissance linéaire permanente puis déclin avec une fin au moment de la Mort.

« Conception spirituelle » : Une évolution de conscience même après la mort – Plusieurs vies, des cycles, avec des possibilités d’éveil de conscience même après la Mort.

 Les questions préalables ont un point commun qui consiste à savoir comment se réaliser pleinement ? Et ce que cela signifie.

Les besoins spirituels

Nous avons différents types de besoins : des besoins physiques, psychologiques, émotionnels, relationnels et spirituels. Je vais m’attacher ici, à évoquer les besoins spirituels, voir l’article sur les besoins en ce qui concerne les premiers.

Les besoins spirituels sont différents des besoins pratiques ou religieux. Pour moi, les besoins spirituels sont les besoins qui répondent au besoin de créativité, de réalisation ou d’auto-réalisation et de sens. Autrement dit, la direction que nous souhaitons donner à notre vie, en lien direct avec les décisions d’actions que nous prendrons pour cheminer vers Soi… tout ce qui permettra de faire émerger ou de favoriser l’émergence d’un sens au niveau de notre existence.

A noter, que la notion de valeur est centrale sur ce chemin et que chacun trouvera le sens qu’il souhaite lui donner en fonction de ce qu’il fera dans son quotidien, des valeurs qui prédétermineront ses choix de vie.

Donner du sens à ses projets

Développer ses qualités spirituelles consiste à mettre en œuvre jusqu’au bout ses projets, quelle que soit leur nature ou leur finalité. Ce sont ces mêmes projets qui donneront du sens à notre vie. Ces projets doivent nous rendre enthousiastes, « enchanter notre vie », nous faire grandir et être porteurs de sens.

Les qualités spirituelles souvent observés par celles et ceux qui ont osé aller au bout de leurs rêves sont l’engagement, la responsabilité, le courage, la persévérance, l’aspect visionnaire, le pouvoir créateur, l’ouverture, l’humilité, la générosité, le don de soi, l’excellence (c’est à dire la capacité à apprendre en permanence) et la conscience…

Si vous voulez cheminer vers vous, faites en sorte que vos projets donnent de plus en plus de satisfaction à vos besoins spirituels pour donner du sens à votre vie. Ne restez pas dans le déni de vos aspirations profondes et osez franchir les transitions avec conscience. N’attendez pas d’être au seuil de votre mort pour avoir des regrets.

Dévoiler ses besoins spirituels

Pour cheminer vers Soi, il est nécessaire de dévoiler ses besoins spirituels, de les identifier, de les comprendre, de les nommer et de poser des actes nécessaires à leur réalisation.

Ce qui impacte souvent nos besoins spirituels, c’est le mode de vie que l’on adopte au fil du temps. Une routine s’installe qui fait que petit à petit on s’éloigne de notre « légende personnelle », on s’éloigne des choses qui sont essentielles à nos yeux, à notre Cœur, pour notre vie. Dans ces moments, ce qui peut nous alerter, ce sont des « signaux forts de mal-être », des « maladies » voire « la mélancolie de l’âme ». Heureusement, « des synchronicités », « des coups du hasard », « des accidents de la vie » peuvent remettre de la dynamique là où on pensait que tout était fini dans notre vie. Je suis passé par l’épreuve qu’est un burn out, à force de nier mes besoins ou plutôt de répondre d’une manière trop importante à ceux des autres, j’ai fini par me dérouter de l’essentiel. Cette épreuve m’a fait comprendre la direction que je devais (re)prendre et le sens que je devais poursuivre pour ma vie. Voir mon article « Burn out : épuisement professionnel ou voie d’éveil ? ».

Avec le temps, une fois les peurs franchies, on s’aperçoit que plus on prend soin de nos besoins spirituels, plus la sensation de plénitude et de bien-être est présente.

Il ne s’agit pas ici de rechercher la notion de « perfection » mais de la remplacer par la notion de « plénitude ».

« La vie, pour s’épanouir, n’a pas besoin de perfection, mais de plénitude… » – C.G. Jung

Ré-enchanter sa vie et célébrer la beauté de la vie

Dévoiler ses besoins spirituels, c’est remettre du sens dans sa vie. C’est la possibilité d’identifier et d’adopter des habitudes propices à l’équilibre de nos besoins spirituels. En effet, l’âme humaine se nourrit de beauté, de bonté et de vérité. Voici les définitions que l’on pourrait en donner :

La beauté :Environnement, ordre, objets, musique, esthétisme, choix des choses et des personnes en résonnance avec notre âme, nos aspirations profondes…

La bonté :Apprendre à être doux avec soi-même, à ne pas forcer les choses, surveiller ses paroles, être généreux et s’entourer de personnes bienveillantes…

La vérité :Vérité d’une relation avec soi-même, ses qualités, ses défauts. Oser livrer son intimité. Choix de vie, de nos réalisations, de nos relations, de nos motivations profondes…

Ce chemin nécessite également une chose très importante : le devoir de poser nos limites ; ce qui est beau, bon, vrai pour soi ! Il n’y a aucune « vérité absolue », chacun doit trouver la sienne, elle est unique. Donc précieuse.

Cheminer vers Soi et donner un sens à sa vie

Donner du sens à sa vie résulte d’un engagement volontaire et de choix personnels. Il n’est pas nécessaire de poser la question si notre vie a du sens, on ne peut pas le démontrer. En revanche, on peut donner un sens, de par les gestes, les habitudes, les actes que l’on va semer dans notre existence. Cheminer vers Soi est un chemin de toute une vie, celui qui nous fait « grandir en compétences, en conscience et en amour ». C’est un chemin semé d’embûches et d’épreuves certes, mais d’épreuves qui nous révèlent à nous-même.

Ce chemin est difficile, c’est une véritable quête héroïque. A ces questions délicates, des philosophes, des professionnels, des sages et même des scientifiques (ouverts d’esprit) y ont répondu ou commencé à y répondre d’une manière très précise pour nous éclairer sur ce chemin. A nous de les suivre si nous souhaitons donner un sens à notre vie et aller au-delà de ce que nous propose le « monde ordinaire ».

Processus alchimiste

Les alchimistes ont été des experts dans l’élaboration du processus de transmutation du plomb en or. A nous de suivre ce chemin, pour transformer nos ombres en lumière, ce que Jung appelait également le processus d’individuation.

En résumé, le processus alchimique consistait à passer sa vie au VITRIOL : « Visita – Interiora / Terra / Rectificando / Invenies / Occultum / Lapidem » que l’on pourrait traduire par « Visites la terre intérieure, en te réalignant, tu trouveras la pierre cachée ».

Alors oui ce chemin est difficile et parfois douloureux car on doit se confronter à nos ombres, oser coopérer avec son inconscient, sortir du confort que nous procure les bénéfices secondaires de nos vies ordinaires mais ce chemin n’est-t-il pas le seul qui puisse nous mener au « véritable bonheur », celui d’être aligné avec qui nous sommes réellement ?

Concernant la mort, personnellement, je fais le pari, comme Pascal et d’autres aujourd’hui, qu’il y a quelque chose après la mort. Je ne peux pas le démontrer, j’en ai la forte « intuition » et cette intuition m’est confirmée par de nombreux témoignages et études neuroscientifiques qui finissent par démontrer que cette hypothèse est loin d’être une hypothèse. Il est intéressant de noter, que même la religion catholique jusqu’en 500 après Jésus Christ parlait d’une autre vie après la mort. Pour quelle raison cette idée a disparu du catholicisme, je vous laisse tirer votre propre conclusion…

Dans tous les cas, si nous ressentons un vide existentiel, un vide ontologique, il est intéressant de se poser deux questions :

1/ Quels sont les choix de vie empruntés qui ont dégradé notre bien-être ?

2/ Comment réajuster nos choix pour être en phase avec nos aspirations profondes ?

 

Je vous souhaite un merveilleux voyage sur le chemin de la vie, sur le chemin de votre quête héroïque, un chemin qui donnera du sens à votre vie !

Livres références

S’autoriser à cheminer vers Soi – Joëlle Maurel Macrez

Le pouvoir de la conscience – Mario Beauregard

Réponse à Job – Carl Gustave Jung

Psychologie et alchimie – Carl Gustave Jung.