Sport sans conscience : bon pour le corps ?

Sport sans conscience, bon pour le corps ?

“Sport sans conscience n’est que ruine du corps”

Le sport sans conscience du corps n’est pas bon pour la santé.

Qui n’a pas vu cent fois, dans les magazines, sur les grands comme sur le petit écran ces silhouettes félines courir dans Central Park, au jardin du Luxembourg, sur une plage ou dans les forêts. L’image est plaisante. Alors, quoi de plus simple que de revêtir un short ou un survêtement, de chausser une paire de baskets et de sortir courir, la montre chrono au poignet, la bouteille d’eau à portée de main, la serviette au cou et les écouteurs aux oreilles. Et l’on se prend à rêver !

Faire des activités physiques ?

On ne cesse d’entendre qu’il faut bouger son corps, s’aérer, avoir une activité physique régulière. Il suffirait de faire 12 000 pas par jour pour maintenir son coeur en bonne santé. Mais 12 000 pas, vous avez déjà essayé de les compter ? Certes il existe ces bracelets connectés qui peuvent nous donner quelques informations. Mais sont-ils vraiment utiles ? Probablement avez-vous également observé que la plus grande difficulté n’est pas l’idée de pratiquer un sport ou une activité quelconque mais bien de s’y mettre et surtout de s’y tenir régulièrement, dans la durée et avec toujours le même plaisir.

La course à pied, la marche sont parmi les sports les plus aisés à pratiquer : des chaussures adaptées, des vêtement confortables et rien d’autre que notre désir pour mettre un pied devant l’autre, en rythme. Rien de bien compliqué. Et pourtant, combien de fois ai-je entendu « je ne cours pas, j’ai horreur de cela» ou encore « je ne comprends pas ceux qui aiment courir… ». La course à pied est très souvent perçue comme fatigante, déplaisante, voire douloureuse et ennuyante. Entendre cela, quand on a été sportif, c’est comme s’entendre lancer un défi, celui de faire apprécier cette activité justement à ceux qui affirment haut et fort « ne pas aimer courir et ne pas vouloir courir » ! Au-delà de cette boutade, je suis convaincu que la course (ou marche rapide) est véritablement un sport pour tous (sauf contre-indication médicale spécifique) que l’on peut pratiquer à tout âge, par tous les temps et n’importe où.

Il nous paraît normal de suivre des cours pour apprendre à jouer au golf, au rugby ou au tennis, pourquoi ne le serait-il pas pour apprendre à courir même si cette activité semble innée ? Et ce n’est pas au collège ou au lycée que cela nous a été enseigné. Donc courir, cela s’apprend, surtout si l’on veut y trouver du plaisir durablement, des bénéfices pour notre santé. Ceci est valable également pour tous les coureurs qui s’entraînent avec acharnement pour participer à des compétitions. Courir efficace, courir vite, courir pour sa santé et sans blesser, cela ne s’improvise pas.

Courir Zen

Depuis de nombreuses années, Philippe Leclair propose à ses stagiaires, en guise de détente après une journée intense en formation, de leur faire découvrir la « course zen ». La méthode Courir zen, c’est quoi ? C’est apprendre à courir sans effort, sans douleur et sans crispation musculaire avec un maximum de plaisir immédiat. C’est rechercher pour chaque entraînement la qualité au lieu de la quantité. C’est être à l’écoute de son corps pour capitaliser sur les bienfaits du sport.

Courir Zen est aussi une métaphore pour illustrer un état d’esprit, celui de pratiquer toute activité (sportive, artistique, professionnelle, familiale..) sans crispation, avec fluidité et dans le plaisir. Aujourd’hui, le sport nous est pratiquement prescrit sur ordonnance. La sollicitation est telle, que l’on peut promouvoir l’activité physique comme une thérapie, mais comme toute thérapie il faut que cette prescription soit adaptée à chacun, qu’elle soit savamment, intelligemment dosée et comprise. Par la même occasion, pourquoi ne pas tirer parti, du temps passé à courir pour appréhender une nouvelle façon d’aborder et de pratiquer l’effort physique ? Ainsi, la course à pied vous offre des occasions de profiter des difficultés rencontrées sur votre parcours pour développer cinq compétences fondamentales pour progresser en tous domaines :

– La maîtrise de l’attitude mentale

– L’intelligence corporelle

– La gestion de la respiration

– L’art de la concentration

– La conduite d’une stratégie pour atteindre son objectif (définir le chemin qui mènera au but)

Un exemple de l’attitude mentale :

En courant si l’on pense à une côte à venir, on envisage d’abord un effort supérieur à accomplir puis on imagine la difficulté de l’effort et enfin on doit faire l’effort. Résultat, on vit trois fois l’effort à faire : avant, pendant et après ! Est-ce franchement utile et indispensable ?! Ainsi notre attitude mentale va déterminer la juste utilisation du corps pendant l’effort : crispation ou relâchement selon l’idée que l’on se fait du parcours. Nous le savons tous : l’esprit influence le corps.

Considérez l’activité physique comme votre mission prioritaire de la semaine. Est-ce que vous n’en valez pas la peine ?

Votre santé, c’est Vous, ici et maintenant, tout de suite, ce n’est pas un mythe ni un concept !

Organisez votre emploi du temps autour de cet invariant, sinon vous trouverez mille bonnes raisons de ne pas le faire. Pour reprendre l’expression d’une de mes relations : le grand challenge est de reconquérir ses baskets !

Vous êtes sportifs réguliers ? Etes-vous certain que le suivi de votre plan d’entraînement est porteur de valeur ajoutée ? Est-ce le chrono et le nombre de répétitions qui vous guident ou la qualité de vos sensations ? Le chrono vous donnera envie d’aller vite mais ce sont vos muscles qui vous mèneront sur la durée. Courir zen, ça muscle le corps et le mental !

Source : « Stratégie de la réussite » – « Courir Zen de Philippe Leclair »

Le tennis, un yoga de la vie

En 2004, j’ai rencontré Sauveur Cuomo, un expert dans la préparation mentale au tennis. Basée sur la sophrologie et la relaxation dynamique, j’ai expérimenté cette méthode et accompagné de nombreux tennismen à gérer leurs émotions via cette méthode. La méthode est basée sur un fil rouge, un fil conducteur qui nous amène à “lâcher prise” et faire corps avec les éléments, l’environnement. Elle permet d’atteindre une forme de “supraconscience” qui permet d’atteindre un état de bien-être et de performance. Dès que le mental reprend le dessus, les émotions réaparaissent et les comportements associés empêchent la pleine performance.

Alors que ce soit au travers de la course à pied, du tennis, du vélo que je pratique désormais ou toute autre activité, osez pratiquez vos activités d’une manière Zen et surtout dans le respect de votre corps, donc de vous-même.