Traumatisme : Stress, trauma et traumatisme

Traumatisme : Stress, trauma et traumatisme

J’aurai pu intituler cet article stress, trauma et croissance post-traumatique car, en réalité, le trauma et le traumatisme sont intimement liés à la notion de stress et surtout à la notion de résilience après un trauma. C’est à dire à la capacité de se remettre d’un stress post traumatique donc d’un stress chronique.

Cet article vise à vous aider à mieux comprendre le traumatisme, j’évoque en particulier un outil (La méthode TRE) que j’ai pu expérimenter au service de votre résilience et de votre bien-être, un article pour Comprendre, Choisir, Sur Vivre.

Comprendre le traumatisme

Certains experts parlent de traumatisme ou de stress traumatique. Selon le Dr Douglas Bremner, il s’agit d’une véritable épidémie dans nos sociétés.

« Le traumatisme est une épidémie invisible !! » – Dr Douglas Bremner, psychiatre.

Une des caractéristiques majeures du traumatisme est qu’il est entretenu par des habitudes de réactions inconscientes. Ces habitudes nous nuisent, nous paralysent ou nous empêchent d’évoluer favorablement dans nos vies, à notre insu.

La bonne nouvelle est que la résilience et la créativité inscrites dans nos cellules n’attendent qu’à être activées dès lors que l’individu s’engage consciemment dans son chemin de croissance individuelle.

Seulement, le traumatisme ne « passe pas tout seul », savoir si vous êtes affecté de traumatisme est essentiel.

Pourquoi s’intéresser au traumatisme ?

Consciemment ou inconsciemment, nous vivons tous des événements traumatiques de multiples fois au cours de notre vie.

Nous en faisons tous l’expérience commune, que ce soit suite à un accident de voiture, un choc lié à un décès, un licenciement, une rupture amoureuse ou d’autres événements extrêmement traumatisants comme un viol, un attentat, une catastrophe naturelle ou une agression de quelque sorte qu’elle soit.

Le sort nous frappe de manière inégale et imprévisible.

Un traumatisme que nous avons tous en commun est le fameux traumatisme de naissance, vécu différemment selon les individus, mais qui reste un traumatisme malgré tout. 

Ce traumatisme est malgré tout un des plus “handicapants” car il provoque sur la vie de l’individu des conséquences de repli et de l’incapacité à s’épanouir dans certains domaines de sa vie.  Voir Théorie de l’attachement de John Bowlby – Enfants Secure – Insecure

Face à ces différents traumatismes, nous sommes confrontés aux mêmes obstacles et aux mêmes difficultés. Comme je le disais précédemment, aucun traumatisme n’est une fatalité insurmontable, certains, j’en conçois, sont beaucoup plus difficiles et longs à surmonter, j’en parle d’expérience.

Blocage ou croissance ?

Les mêmes types d’événements peuvent conduire à un stress traumatique chronique, ou au contraire, à des aptitudes plus adaptées et à une croissance existentielle.

Blocages liés au traumatisme : Obstacles et difficultés persistantes dans sa vie. Schémas répétitifs, habitudes limitantes. Repli sur soi et évitement. Peurs et impuissance existentielle.

Notions de résilience : Joie de vivre authentique, croissance individuelle, créativité de vie. Sentiment d’accomplissement, transformation et expression de soi.

Si vous souffrez de traumatisme, votre conscience de vous-même dans l’instant présent est faussée. Ces situations sont inconfortables et déstabilisantes.

En réalité, certaines de vos habitudes de vie sont des habitudes de survie ou d’évitement.

Votre disposition face à la vie est conditionnée par la peur ou l’appréhension, mais possiblement aussi par la honte, la culpabilité ou la confusion.

Alors qu’idéalement, ce sont nos valeurs fondamentales qui devraient orienter notre état d’esprit et nos choix de vie.

Evoquer le traumatisme est difficile

Parler de traumatisme est quelque chose de difficile. Il participe à  sa contagion, cela est souvent douloureux et déclenche honte ou pudeur.

Connaître les facteurs de guérison est un pas vers la résilience du trauma.

Les 3 facteurs de croissance post-traumatique sont la transformation personnelle (Identité), la transformation relationnelle (Valeurs) et la transformation spirituelle (Sens de sa vie)

Différence entre trauma et traumatisme

Le trauma est l’événement du passé, ce qui vous est arrivé. Le trauma n’est pas modifiable. L’organisme a réagi comme il le pouvait et a mis en place une réaction de survie.

Certaines pratiques comme l’hypnose, la psychothérapie, la sophrologie peuvent aider à surmonter ces traumas mais, dans certains cas, elles montrent leurs limites. Les limites liées au conscient, au mental, à l’inconscient souvent, qui n’accepte pas de « lâcher » ce mécanisme de survie. Et ici encore, j’en parle par expérience.

Le traumatisme est ce qui nous a permis de survivre via une adaptation de survie de notre système psychique. C’est un équivalent du stress post traumatique consécutif à un trauma. Le traumatisme est un état physiologique de stress d’origine interne.

C’est une forme d’adaptation de notre système nerveux à des événements qui ont dépassé nos capacités de réponse. Le traumatisme est aussi une boucle qui n’a pas été bouclée car les processus physiologiques naturels de résolution de ce stress n’ont pas été achevés.

Ce stress est maintenu par notre organisme, par notre système interne bien au delà de l’événement et des circonstances qui l’ont déclenché. Il peut durer des années, des décennies voire toute une vie. Il continue à fonctionner comme si un danger était encore présent.

C’est un mode de fonctionnement qui peut-être permanent ou qui peut-être activé par certaines circonstances. Il peut être circonscrit à un événement, un domaine ou à notre mode de vie en général.

Contrairement au trauma, le traumatisme est évitable et modifiable car c’est avant tout un processus physiologique même s’il peut être intéressant de comprendre le traumatisme et d’agir au niveau mental et émotionnel.

Indices du traumatisme

Si vous vous posez la question : « Suis-je concerné par le traumatisme ? », voici quelques indices liés au traumatisme : échecs récurrents – évitement de certaines situations de la vie ordinaire – peurs excessives de situations de la vie ordinaire – blocages dans certaines situations de vie

Si on doute, si on se questionne et que l’on ne trouve pas de réponses face à un problème ou des difficultés, on se trouve désemparé face à ce traumatisme.

Si vous vous retrouvez à lire cet article, c’est peut-être, qu’aujourd’hui, vous avez la maturité pour faire face à cette situation et suffisamment de lucidité face à vous même pour aller vers votre chemin de résilience, de croissance individuelle et de guérison.

Le déni est un mécanisme de protection, félicitez vous de pouvoir vous orienter vers une voie qui peut vous aider à sortir de ce traumatisme.

5 caractéristiques du traumatisme

1/ Perturbations somatiques : symptômes somatiques, émotionnels, relationnels, cognitifs ou distanciation somatique : moins sentir et moins ressentir les émotions

2/ Hyper vigilance : Tension interne, anticipation de dangers, contrôle excessif sur les choses, les personnes, méfiance excessive, peurs, isolement

3/ Anxiété : difficulté à stabiliser sa présence à soi-même, manque de confiance, difficulté à se poser

4/ Aliénation : Sentiment d’insatisfaction profonde, vie qui perd du sens, hyper rationalisation pour contrôler les choses de sa vie, burn out

5/ Impuissance : Se sentir coupé de son pouvoir personnel, victime des circonstances, frustrations dans son besoin d’accomplissement

8 pièges du traumatisme

Prendre conscience que l’on souffre de traumatisme ne suffit pas pour guérir. Pour faire face, nous adoptons souvent des habitudes qui renforcent le traumatisme à notre insu et nous pouvons entrer dans 8 pièges qui nous maintiennent dans ce traumatisme.

1/ Le déterminisme : S’identifier au trauma et au traumatisme

2/ Le pseudo-pouvoir : Valoriser la posture d’échec – changer ses valeurs

3/ La fuite : Fuite du corps et de la conscience

4/ La démission : Laisser aller ou laisser tomber

5/ L’isolement : S’enfermer – Se retirer du monde

6/ Les dépendances : Nourrir un besoin physiologique de plaisir et de contrôle à court terme

7/ La honte : Honte du trauma et du traumatisme – Identité fragilisée

8/ L’attentisme : Attitude d’espérance passive

Sortir d’un traumatisme consiste à ne plus être le jouet de nos scénarios inconscients.

Ne vous jugez pas, sachez reconnaître que vous avez fait de votre mieux.

Neuf pistes pour sortir du traumatisme

Savoir reconnaître les pièges du traumatisme est nécessaire mais insuffisant. La vraie guérison est le résultat d’habitudes nouvelles qui réactivent et maintiennent votre résilience. Pour vous y aider, voici neuf pistes pour rejoindre votre voie de croissance individuelle.

1/ Comprenez votre physiologie

2/ (Ré) Investissez votre corps

3/ (Ré) Apprenez à respirer

4/ (Ré) Eduquez votre attention

5/ (Re) Centrez-vous sur le présent

6/ Responsabilisez-vous

7/ Choisissez vos fréquentations

8/ Ecoutez vos rêves

9/ Demandez de l’aide

Par expérience, je sais que tout ce processus de résilience, selon où vous vous situez, comment vous vous situez, peut-être très difficile.

Le plus difficile peut-être de demander de l’aide. Or cela est fondamental car cela accélère notre croissance et nous sort de l’isolement.

Demander de l’aide est une démarche active. Nous ne sommes pas condamnés à souffrir toute notre vie. Cela peut se faire progressivement et participe d’une recherche de plusieurs années.

Ne renoncez pas suite à un échec, des étapes successives sont parfois nécessaires, avec plusieurs types de ressources, mental, émotionnels et psychiques.

L’essentiel est de rester en mouvement physiquement et psychiquement.

La méthode T.R.E (Tension and Trauma Release Exercices)

Pour ma part, j’ai œuvré pendant des années pour sortir d’un trauma majeur et de multiples traumatismes.

De mon point de vue, il est essentiel voire fondamental d’exercer un travail sur plusieurs plans : psychique, émotionnel mais aussi et surtout physiologique !

J’ai testé, expérimenté et me suis formé à la méthode T.R.E et je reconnais que cette méthode « active » et « non volontaire » (c’est toute la différence avec les autres approches) permet de libérer des tensions liées au stress chronique et au traumatisme.

L’outil de la méthode T.R.E permet d’accélérer significativement la résolution de ces mémoires traumatiques donc la dissipation de leurs manifestations conscientes à travers les symptômes et les difficultés.

La méthode T.R.E est une méthode très intéressante car elle ne consiste pas à vouloir agir sur l’inconscient ou avec l’inconscient qui manifeste énormément de résistances.

Il s’agit au contraire de réactiver un processus neurobiologique naturel de résolution du stress traumatique. Cela consiste plutôt à réactiver le processus, à le laisser faire puis à l’arrêter. C’est une résolution de l’intérieur.

N’hésitez pas à vous faire accompagner et aider si vous pensez souffrir de stress post traumatique, me contacter ou à vous renseigner pour en savoir plus sur cette méthode.

Je vous souhaite un beau chemin de résilience !

Référence

La méthode T.R.E pour se remettre d’un stress extrême

Lien vers le site officiel de la méthode T.R.E : Méthode T.R.E

Son créateur, le Dr David Bercelli, est un expert international de la gestion des stress post-traumatiques. Il a vécu et travaillé pendant plus de 25 ans dans des pays déchirés par la guerre ou frappés par des catastrophes naturelles. Il a élaboré des programmes spéciaux d’aide post-traumatique pour l’armée américaine.

 

Photos de la formation T.R.E des 21 et 22 septembre 2019 avec Malachy Coleman